07 décembre 2009

Antonio Caballero

Un mal sans remède

« Mais la vie ne peut pas non plus consister en cela, à fabriquer des morceaux de poèmes avec des morceaux de vie.
Sans parler du fait qu'il faisait toujours le même poème.
Bien sûr : c'était la même vie.
C'est naturel : les choses sont pareilles aux choses.
Non, non, non, non : il doit y avoir autre chose, ailleurs. Une autre vie. »
Extrait de : "Un mal sans remède", Antonio Caballero (Belfond).
Un livre merveilleux qui nous emmène en Colombie, mais pas seulement :  au coeur de l'oligarchie, de la militance révolutionnaire trotskiste,  de la vision que les hommes ont des femmes, des nuits démentes à Bogota.
Le talent du détail, le talent de la justesse des dialogues,
ce style encore vivant en Amérique latine, baroque, laissant libre l'imagination, et donc mettant en scène le réel.
A lire avec un imperméable ( il pleut beaucoup, la fameuse llovisna, ce petit crachin qui tombe par rafales sur la ville)
A lire de toute urgence car ce n'est pas seulement la Colombie, c'est un certain état du monde, où du moins ce qui a contribué à cet état du monde.
On ne rencontrera pas dans le livre de Caballero l’Amazonie et ses chamans. C’est un autre livre, un autre récit de voyage :  "La liane des dieux" (Accarias L'Originel).

Posté par isaclerc à 17:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]


Commentaires sur Antonio Caballero

Nouveau commentaire