11 décembre 2009

jim jarmusch : The limits of control

On se tient plus droit comme B. en sortant de la salle du cinéma des cinéastes où cinq spectateurs de 14h10 à 16h10 ont suivi l'"épopée nonchalente", qui, à vrai dire, n'a rien de nonchalent. Tension, concentration, abandon d'aucune sorte. Le chemin de cette vie "qui ne vaut rien" comme le clament les camions et les cimetières, où la réalité se montre comme elle est, subjective, arbitraire, est ponctué de rites, deux expressos dans deux tasses séparées, O solitude!, le silence de B. qui ne parle pas la langue... [Lire la suite]
Posté par isaclerc à 17:58 - Commentaires [0] - Permalien [#]